Voici revenue la saison des prix littéraires, et avec elle l’anticipation, les pronostics, l’attente impatiente et enfin la célébration ou la déception. Pourtant, la vraie réussite ne réside-t-elle pas dans l’accomplissement même de l’écriture, l’essentielle récompense n’est-elle pas de parvenir à toucher ne fût-ce qu’un cœur, une âme à travers un écrit ? Le processus qui pousse un jour à prendre la plume reste flou ; il n’existe pas de profil type de l’écrivain. Peut-être sommes-nous tous des rédacteurs en devenir.

Les mots écrits par d’autres nous parlent et nous transportent, nous secouent et nous blessent, ils laissent des traces, brumeux souvenirs ou profondes cicatrices. Ils nous rendent plus vivants et par le partage nous rapprochent d’autres humains. Un sentiment d’appartenance naît de la pensée que d’autres ont frémi comme nous à l’ouverture d’un roman, cet instant bref où tout est possible et notre attente immense. De ces très nombreux livres sélectionnés, que les préférés gagnent les prix prestigieux, et que tous trouvent une récompense méritée auprès de leurs lecteurs.

"Le livre doit etre la hache qui brise la mer gelee en nous." F. Kafka

edito esto

Voici revenue la saison des prix littéraires, et avec elle l’anticipation, les pronostics, l’attente impatiente et enfin la célébration ou la déception. Pourtant, la vraie réussite ne réside-t-elle pas dans l’accomplissement même de l’écriture, l’essentielle récompense n’est-elle pas de parvenir à toucher ne fût-ce qu’un cœur, une âme à travers un écrit ? Le processus qui pousse un jour à prendre la plume reste flou ; il n’existe pas de profil type de l’écrivain. Peut-être sommes-nous tous des rédacteurs en devenir.

Les mots écrits par d’autres nous parlent et nous transportent, nous secouent et nous blessent, ils laissent des traces, brumeux souvenirs ou profondes cicatrices. Ils nous rendent plus vivants et par le partage nous rapprochent d’autres humains. Un sentiment d’appartenance naît de la pensée que d’autres ont frémi comme nous à l’ouverture d’un roman, cet instant bref où tout est possible et notre attente immense. De ces très nombreux livres sélectionnés, que les préférés gagnent les prix prestigieux, et que tous trouvent une récompense méritée auprès de leurs lecteurs.

les dernieres chroniques

Découvrir nos chroniques

Littérature francophone

Enfant de salaud | Sorj Chalandon

Sorj Chalandon poursuit inlassablement sa quête du père à travers ce roman qui sonne comme un point final, un dénouement pour cet homme qui aurait pu tout entendre et peut-être pardonner si son père lui avait seulement parlé.

Lire la chronique »
Littérature étrangère

Le grand jeu | Graham Swift

Un magicien, son assistante et un maître de cérémonie: un trio phénoménal se produisant un été sur la jetée de Brighton. Un monde au bord de la transformation, un temps où le divertissement ne pouvait passer que par la scène, juste avant l’installation du petit écran dans les foyers.

Lire la chronique »
Conversation
Pascale SEYS
Ecouter
Conversation
Lionel DUROY
Ecouter
Conversation
Benjamin SPARK
Ecouter

les amis d'esto

les intemporels

A lire en toutes saisons

Littérature francophone

Leur séparation | Sophie Lemp

Bon voilà, c’est l’histoire d’une adulte qui revient sur le divorce de ses parents lorsqu’elle avait dix ans et tente de comprendre ses blessures. Dit comme ça, on s’en passerait bien, tant le sujet a été éculé. Et pourtant, ce serait sans compter sur l’écriture délicate de Sophie Lemp qui égrène avec une rare subtilité les souvenirs et les déchirements.

Lire la chronique »
Littérature francophone

Quand Dieu boxait en amateur | Guy Boley

Avec le sentiment poignant du temps perdu à s’opposer à ce père qu’il ne voyait que comme une épave à éviter, Guy Boley comprend trop tard quelles furent les aspirations de cet homme. De sa plume ciselée, à l’os, il célèbre le paternel avec amour et humour et livre un roman où la grâce, l’admiration, congédient les regrets.

Lire la chronique »
Littérature étrangère

Les frères Lehman | Stefano Massini

Voici un livre vertigineux qui conte, sous forme d’un chant, inspiré des longs poèmes en prose des classiques grecs (Homère,…), deux cents ans d’Histoire. Celle d’une famille d’affairistes et, en filigrane, celle de l’Amérique et du monde où la main de Dieu guide la folie des hommes. Prodigieux!

Lire la chronique »
Littérature étrangère

Le Meurtre du Commandeur | Haruki Murakami

Dyptique exceptionnel que ce « Meurtre du Commandeur » où, à l’instar de 1Q84, Murakami explore ses obsessions, la solitude et la création. Œuvre foisonnante, ambitieuse, profonde et pourtant d’une rare fluidité. « Le meurtre du Commandeur » se révèle une véritable odyssée initiatique…

Lire la chronique »