Nous ne reviendrons pas. Personne ne sortira d’ici, qui pourrait porter au monde, avec le signe imprimé dans sa chair, la sinistre nouvelle de ce que l’homme, à Auschwitz, a pu faire d’un autre homme.

Primo Levi

"La littérature devance toujours la vie. Elle ne la copie pas mais la modèle à son gré." O. Wilde

Extraits esto

Nous ne reviendrons pas. Personne ne sortira d’ici, qui pourrait porter au monde, avec le signe imprimé dans sa chair, la sinistre nouvelle de ce que l’homme, à Auschwitz, a pu faire d’un autre homme.

Primo Levi

les dernieres chroniques

Découvrir nos chroniques

Littérature francophone

Disparaître | Lionel Duroy

Ce roman autobiographique semble une fois encore servir de thérapie à l’auteur qui toute sa vie a tenté de guérir de la « tristesse abyssale » qui l’habite par deux moyens différents : écrire et rouler à vélo.

Lire la chronique »
Littérature étrangère

Ce genre de petites choses | Claire Keegan

Claire Keegan, écrivaine irlandaise largement primée, revient sur le triste passé de son pays qui jusqu’en 1998 enfermait les filles mères, les séparant de leurs bébés et les réduisant pratiquement à l’esclavage. Dès le premier paragraphe, elle conquiert son lecteur par la poésie de son écriture.

Lire la chronique »
Conversation
Pascale SEYS
Ecouter
Conversation
Lionel DUROY
Ecouter
Conversation
Benjamin SPARK
Ecouter

les amis d'esto

les intemporels

A lire en toutes saisons

Littérature francophone

14 | Jean Echenoz

Après sa fabuleuse trilogie de romans biographiques (Ravel, Zatopek et Tesla), Jean Echenoz revient pour notre plus grande délectation avec un roman époustouflant! 14 Livre en toile de fond la Première Guerre Mondiale et les illusions d’une époque.

Lire la chronique »
Littérature étrangère

Le Meurtre du Commandeur | Haruki Murakami

Dyptique exceptionnel que ce « Meurtre du Commandeur » où, à l’instar de 1Q84, Murakami explore ses obsessions, la solitude et la création. Œuvre foisonnante, ambitieuse, profonde et pourtant d’une rare fluidité. « Le meurtre du Commandeur » se révèle une véritable odyssée initiatique…

Lire la chronique »
Littérature francophone

Le tilleul du soir | Jean Anglade

On se marre, on s’émeut, au fil de cette savoureuse galerie de portraits. Le ton est juste, sans pathos, l’analyse toute subtile de ce sentiment étrange que celui de vieillir, de la peur de la mort, de la crainte de l’hospice. Sous une plume tendre, fine, rilleuse, bouleversante, Jean Anglade réussit une merveille.

Lire la chronique »