Max Sarah Cohen-Scali

Par Fabienne Blanchut - 13 décembre 2019

Parce que la littérature jeunesse

Dès les premiers mots nous sommes dans la tête de Max, l’enfant « échantillon type de la race aryenne ». Et, alors qu’il s’apprête à pousser son premier cri, nous n’allons plus en sortir. Destiné à devenir un parfait aryen (blond, yeux bleus, élancé, mince, crâne dolichocéphale…), Max, qui sera finalement baptisé Konrad par le Führer en personne, va incarner toute l’idéologie nazie eugéniste et hygiéniste. De 1936 à 1945, de sa naissance à la fin de la guerre, des Lebensborn aux enlèvements de plus de 200 000 enfants polonais « germanisables » (car correspondant aux critères de sélection), des autodafés (la Nuit de Cristal est évoquée) aux exécutions sommaires perpétrées par les SS, de l’enseignement dispensé dans les Napola aux camps de concentration et d’extermination, de la débâcle allemande à l’arrivée des alliés, ce roman dépeint par le menu une idéologie raciste et nauséabonde. Et la force de ce roman, c’est que tout se vit de l’intérieur. Comment, en effet, en vouloir à un gosse entre 1 et 10 qui n’aura rien vu et rien appris du monde que l’enseignement des instructeurs dont le seul objectif est le lavage de cerveau et l’embrigadement ?

Mais tout bascule le jour où Konrad fait la connaissance de Lukas, de quelques années son aîné. Il se reconnaît en lui et le fantasme comme le grand-frère qu’il n’a jamais eu : beau, blond, les yeux bleus, musclé, des dimensions parfaites, un maintien de prince, etc.  Sauf que Lukas est… juif.

L’incompréhension va alors sournoisement s’insinuer dans tête de « cette gueule d’ange » fanatique parce que le cœur a ses raisons…

Coup de cœur 

Lecture à la fois bouleversante et « électro-choquante », ce Max de Sarah Cohen-Scali est un roman coup de coeur et coup de poing. Le point de vue adopté par l’auteure autorise un autre éclairage sur les heures les plus sombres de l’Histoire Contemporaine, en nous proposant une plongée au cœur du III Reich et de son idéologie nationale-socialiste. Une fois en main, il est impossible de lâcher ce livre criant de vérité tant la documentation est rigoureuse. À lire ABSOLUMENT à partir de 14 ans.

Quelques informations complémentaires 

  • Ce roman, extrêmement documenté, devrait être au programme des cours d’Histoire.
  • Le personnage de Lukas a été inspiré par Solomon Perel. Ce dernier a réussi à échapper aux camps d’extermination en parvenant à convaincre ses ravisseurs qu’il était allemand.  Envoyé dans une école de la jeunesse hitlérienne, il continuera, toute la durée de la guerre, à cacher son identité juive.

Pour approfondir cette période sombre de l’Histoire, je vous conseille également le roman Sobibor de Jean Mollat publié en 2003 par Gallimard.

Parution le 31 mai 2012
480 pages

Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur Gallimard

Résumé éditeur

« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler! ».

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

Ce roman a remporté une foultitude de prix prestigieux dont :

  • Prix des Dévoreurs de livres 2014, pour les collégiens de 3ème.
  • Prix Passages 2014.
  • Prix Tatoulu Noir 2014.
  • Prix Sorcières 2013, catégorie Romans Ado.
  • Prix jeunesse des libraires du Québec, 2013.

DES LIVRES jeunesse QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

Cassius | Catherine Locandro

Pour écrire cette biographie romancée, Catherine Locandro donne la parole à trois des personnes les plus proches de Cassius : sa mère, son frère et son entraîneur. C’est donc à...

Lire

Le monstre des glaces | David Walliams

Comme à son habitude, David Walliams parvient en quelques pages introductives à planter son décor, ici un Londres de fin du 19 e siècle et à dresser toute une galerie...

Lire

Le seul et unique Ivan | Katherine Applegate

Cette histoire déborde d’humanisme, de tendresse et de sensibilité. L’apparente simplicité du style, des phrases simples et des chapitres extrêmement courts, confère à ce texte une dimension poétique et une...

Lire

Miss Charity | Marie-Aude Murail

600 pages. Presque 600 pages qui se dévorent sans pouvoir s’arrêter. Marie-Aude Murail est une des « page-turner » jeunesse contemporaine française les plus doués de sa génération. Sublimé par...

Lire

La fourmi rouge | Emilie Chazerand

Lire La fourmi rouge, c’est plonger en apnée dans la tête et la vie de Vania Strudel, 15 ans. L’amitié, l’amour, la famille, le lycée, les mensonges dont on s’accommode...

Lire

1749 Miles | Fabienne Blanchut

"Nous méritons toutes nos rencontres. Elles sont accordées à notre destinée". Sans doute Mauriac s'est-il penché sur l'épaule de Fabienne Blanchut, lorsqu'elle prit sa plume pour conter aux jeunes adolescents...

Lire
Fermer le menu