LE MEURTRE DU COMANDEUR HARUKI MURAKAMI

Par Didier Debroux - 22 décembre 2018

Dyptique exceptionnel que ce « Meurtre du Commandeur » où, à l’instar de 1Q84, Murakami explore ses obsessions, la solitude et la création. Œuvre foisonnante, ambitieuse, profonde et pourtant d’une rare fluidité. « Le meurtre du Commandeur » se révèle une véritable odyssée initiatique…

L’histoire? Celle d’un homme en quête d’absolu. Quand sa femme lui annonce qu’elle veut divorcer, le narrateur, un jeune peintre en panne d’inspiration, se lance seul dans un voyage à travers le Japon. Au terme de son errance, il s’installe, au cœur de la montagne, dans une maison isolée, ancienne propriété d’un artiste de génie, Tomohiko Amada. « Du mois de mai de cette année-là au début de la suivante, j’ai habité sur une montagne, tout près d’une étroite vallée ». Un jour, il reçoit une proposition alléchante: faire le portrait de Wataru Menshiki, un riche homme d’affaires. Tandis que celui-ci pose comme modèle, le narrateur a du mal à se concentrer. Quelque chose chez Menshiki résiste à la représentation. Une nuit, il découvre un tableau dans le grenier, une œuvre d’une grande violence, l’assassinat d’un vieillard, comme tirée du Don Giovanni de Mozart. C’est « Le Meurtre du Commandeur ». Cette peinture l’obsède. D’étranges phénomènes se produisent alors, comme si un autre monde s’était entrouvert. À qui se confier ? À Menshiki ?    Mais peut-il vraiment lui faire confiance ?

Roman magistral, en deux tomes, où le maître Murakami dévoile, en fildefériste, ses troubles les plus intimes. Un texte tout en équilibre soutenu par une plume mélancolique, sensuelle, voire onirique qui entrelacent sentiment amoureux, refus de l’abandon. En filigrane, toutes les questions qui font la littérature.

Bref, un régal!

Retrouvez ce roman sur le site de Belfond

Volume 1 : Une idée apparaît

Volume 2 : La métaphore se déplace

du même auteur sur esto

De la musique, Conversations | Haruki Murakami-Seiji Ozawa

C’est une pure merveille où l’intelligence de la musique se révèle à chaque instant au cours de ces conversations entre le maître de la littérature nipponne, Haruki Murakami, et l’illustre chef, compatriote de l’écrivain, Seiji Ozawa.

DES LIVRES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

L’infinie patience des oiseaux | David Malouf

Grâce à son écriture précise, sensible, et à travers ses descriptions colorées, follement poétiques, on suit avec bonheur David Malouf dans les grandes étendues australiennes. Et lorsque l’auteur nous embarque...

Lire

La seule histoire | Julian Barnes

Grand, très grand roman que celui de Julian Barnes où l'auteur explore avec brio la question: vaut-il mieux avoir aimé et perdre ou ne jamais avoir aimé? Un régal!

Lire

White | Brett Easton Ellis

A l'heure où certains veulent effacer le passé pour ne plus éclairer le présent, Bret Easton Ellis convoque le conservatisme pour obliger, avec "White", à penser et d'abord contre nous-même.

Lire
Fermer le menu