La carte postale Anne Berest

Par Dominique de Poucques - 1er novembre 2021

Anne Berest part à la recherche de ses origines dans ce roman qui remet le lecteur face aux atrocités de la Shoah. L’auteure se sert de son histoire personnelle pour revenir sur ce sombre passé. Elle interroge sa maman qui lui raconte comment sa mère fut la seule rescapée de sa famille lors des déportations de 42. Au-delà de l’Histoire tristement connue, la romancière questionne sa propre judéité et explore le concept de psychanalyse transgénérationnelle. Son enquête familiale remonte à 1919 et à ses origines russes. Le patriarche à cette époque pressent déjà un avenir noir et tente de convaincre toute sa famille de s’exiler en Terre Promise. Ensuite c’est la montée en puissance de la menace, les difficultés toujours plus grandes pour les familles juives, le danger que l’on ne voit pas venir ou auquel on ne peut se résoudre à croire.

De ce roman on retient surtout l’intime. Anne Berest se livre, tour à tour naïve  ̶  retraçant les étapes : « Maman… il y a bien un moment où on ne pourra plus dire « on ne savait pas »   ̶  et forte : « Je cherche dans les livres d’Histoire celle que l’on ne m’a pas racontée.[…] Je n’arrive pas à faire coïncider l’idée de ma famille avec cette référence mythologique qu’est le génocide. Et cette difficulté me constitue tout entière. Cette chose me définit. Pendant presque quarante ans, j’ai cherché à tracer un dessin qui puisse me ressembler, sans y parvenir. Mais aujourd’hui je peux relier tous les points entre eux, pour voir apparaître, parmi la constellation des fragments éparpillés sur la page, une silhouette dans laquelle je me reconnais enfin : je suis fille et petite-fille de survivants. » 

« La carte postale » est toujours en lice pour le prix Renaudot, décerné le 3 novembre

Parution le 18 août 2021
512 pages

Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur Grasset

DES LIVRES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

Disparaître | Lionel Duroy

Ce roman autobiographique semble une fois encore servir de thérapie à l’auteur qui toute sa vie a tenté de guérir de la « tristesse abyssale » qui l’habite par deux...

Lire

Le voyant d’Étampes | Abel Quentin

Pour ne pas sombrer alors qu’il jette un regard lucide sur sa vie passée, un professeur d'université à la retraite s’attèle à la reprise d’un travail commencé quelques décennies auparavant...

Lire

L’absente | Lionel Duroy

Un livre qui, comme toujours, tranche dans les plaies. Mais un roman puissant, bouleversant. Et une nouvelle voie de s'ouvrir à Lionel Duroy: celle de la reconnaissance.

Lire

Enfant de salaud | Sorj Chalandon

Sorj Chalandon poursuit inlassablement sa quête du père à travers ce roman qui sonne comme un point final, un dénouement pour cet homme qui aurait pu tout entendre et peut-être...

Lire

La vie est un roman | Guillaume Musso

Dans la famille très nombreuse de Guillaume Musso, voici le petit dernier, paru dès les premiers jours de déconfinement. Avec ce roman, Musso poursuit en quelque sorte le travail entamé...

Lire