La patience des traces Jeanne Benameur

Par Dominique de Poucques - 2 février 2022

Comme à son habitude, Jeanne Benameur éblouit par la beauté de son écriture. Ses mots résonnent en profondeur, faisant mouche à chaque fois, touchant au cœur de l’humain.

Simon est psychanalyste. Il a dédié sa vie à l’écoute des autres, à la recherche de pistes possibles pour ceux qui se trouvaient en errance. Un métier de silence, pour provoquer les mots sur le divan, « la profondeur tue de toute une existence ». Il ne regrette rien mais a besoin de quelque chose de nouveau. Il part seul, à la recherche de sa propre parole. Quel lieu autre que le Japon, pour accueillir son besoin d’éloignement ? Couchant ses pensées sur le papier, l’homme trouve dans l’écriture des souvenirs intacts et douloureux : « Il y a de longues plaintes tenues parfois dans nos poitrines. Un jour elles trouvent le chemin et montent jusqu’à nos lèvres. Simon est seul et il pourrait hurler sur cette plage mais le son qui sort de sa bouche est bas, rauque. C’est un grondement, de ceux qui annoncent les tremblements de terre ou les éruptions volcaniques. Un grondement souterrain qui soulève en vagues lourdes la souffrance trop longtemps muette. » Commence alors un apprentissage. Sans l’abri de son cabinet de psychanalyste, Simon prendra le chemin de la découverte de soi, en cela aidé par la bienveillance généreuse du couple qui l’accueille. Le livre est parsemé de belles analogies : les histoires sur le divan et les vêtements de madame Itô, précédemment tissés par d’autres ; le coffre dans lequel l’élégante Japonaise range ses tissus servira de réceptacle au passé de Simon : « Akiko a les gestes lents de qui officie pour une cérémonie. Elle range la cape en murmurant quelques mots. Il ne lui demande pas de traduire. Chacun d’eux replie lentement son histoire dans le coffre. Ils partagent en ce moment quelque chose de commun, en silence. Quand on a ouvert le coffre, plus rien n’est à l’abri. Il le sait. Les souvenirs ont leur vie propre. Ils n’ont que faire de nos peurs ; Il n’y a plus qu’à être à la hauteur. La liberté est à ce prix. La seule qui vaille. »

Roman initiatique, intimiste et de transmission, « La patience des traces » laisse un sentiment de sérénité, de paix quasi tangible. 

Parution le 5 janvier 2022
208 pages

Retrouvez ce roman chez l’éditeur Acte Sud

DES LIVRES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

La fin de la jalousie | Marcel Proust

Elégance, justesse du trait, causticité... tout Proust est dans ce recueil. Et la langue est là ! Belle, précise, délicate, déjà proustienne. Une manière simple d'entrer dans l'oeuvre du Grand-Ecrivain.

Lire

Miroir de nos peines | Pierre Lemaître

Pierre Lemaître clôture ici sa trilogie logée au cœur du 20ème siècle, une fresque marquée par la montée et l’ancrage des totalitarismes en Europe. Et de regretter qu’il n’ait pas...

Lire

Aysuun | Ian Manook

Aysuun a cent six ans lorsqu’elle entame la narration de l’histoire des siens. Alors qu’elle n’en a que quinze, sa famille est massacrée par des soldats soviétiques débarquant au campement.

Lire

La vie est un roman | Guillaume Musso

Dans la famille très nombreuse de Guillaume Musso, voici le petit dernier, paru dès les premiers jours de déconfinement. Avec ce roman, Musso poursuit en quelque sorte le travail entamé...

Lire

L’enfant dans le taxi | Sylvain Prudhomme

Le jour de l’enterrement de son grand-père, Simon découvre que celui-ci a eu jadis un enfant avec une jeune Allemande alors qu’il était soldat. L’enfant dans le taxi, c’est le...

Lire