La tristesse des femmes en mousseline Jean-Daniel Baltassatdro

Par Didier Debroux - 21 octobre 2018

Après le succès du « Divan de Staline« , Baltassat est de retour avec un roman érudit, exigeant mais ô combien passionnant: « La tristesse des femmes en mousseline« . Paris, 1945. Au lendemain de la guerre, Paul Valéry se remémore sa jeunesse, période de frénésie créative de la fin du XIXe siècle où se côtoient Mallarmé, Degas, Corot, Manet, Monet et surtout Berthe Morisot, qu’il affectionne particulièrement. Le vieil homme ouvre le carnet intime qu’elle lui a légué. L’écrivain entame une réflexion sur le sens de l’art et de la vie. Jean-Daniel Baltassat ressuscite tant la femme Berthe Morisot, réduite à l’ombre de Manet, cataloguée peintre infantile, que l’artiste sombre, tourmentée, dont la quête ultime fut celle de la beauté. Et de Valery, l’auteur conte la transformation d’un homme vers la lumière. Un roman certes complexe mais dont le lecteur sort bouleversé, ému, plus intelligent. Bref, un régal! 

Parution le 16 aout 2018
336 pages

Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur Calmann Lévy

DES LIVRES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

Le sel de tous les oublis | Yasmina Khadra

Yasmina Khadra sonde l’âme assombrie d’un antihéros indisposé par le bonheur des hommes, incapable de soutenir leur regard, miroir de ses propres échecs. Chaque rencontre est un rendez-vous raté qui...

Lire

La vie est un roman | Guillaume Musso

Dans la famille très nombreuse de Guillaume Musso, voici le petit dernier, paru dès les premiers jours de déconfinement. Avec ce roman, Musso poursuit en quelque sorte le travail entamé...

Lire

L’absente | Lionel Duroy

Un livre qui, comme toujours, tranche dans les plaies. Mais un roman puissant, bouleversant. Et une nouvelle voie de s'ouvrir à Lionel Duroy: celle de la reconnaissance.

Lire

Par les routes | Sylvain Prudhomme

L’auteur pose un regard atypique sur les relations de couple et d’amitié, dans leur forme peu courante, fondamentalement généreuse, lorsqu’elles n’attendent rien en retour. Ici, chacun aime l’autre pour ce...

Lire

Les jours brûlants | Laurence Peyrin

Page après page, tout dans ce roman respire l’Amérique : les innombrables références à la vie américaine – lieux, prénoms, enseignes commerciales, cocktails, ambiances – mais aussi l’écriture même. La romancière...

Lire

Le tilleul du soir | Jean Anglade

On se marre, on s'émeut, au fil de cette savoureuse galerie de portraits. Le ton est juste, sans pathos, l'analyse toute subtile de ce sentiment étrange que celui de vieillir,...

Lire
Fermer le menu