L’enfant dans le taxi Sylvain Prudhomme

Par Dominique de Poucques - 1 décembre 2023

Le jour de l’enterrement de son grand-père, Simon, écrivain, découvre au détour d’une conversation un secret concernant le défunt et tapi depuis longtemps dans un coin de la mémoire familiale. Le patriarche a eu jadis un premier enfant, né de sa rencontre avec une jeune Allemande alors qu’il était soldat, basé au bord du lac de Constance à la fin de la guerre. L’enfant dans le taxi, c’est le fils illégitime, renié, effacé. Le bâtard. Simon une fois détenteur de la vérité va vouloir creuser ce secret, se heurtant aux réticences de la plupart des membres de la famille ayant vécu les événements. L’affaire résonne particulièrement en lui alors qu’il est en train de se séparer de sa compagne de longue date, apprenant à faire face à l’absence de l’autre, une solitude dont il soupçonne qu’elle le rapproche de cet enfant caché. « Naître bâtard c’était gagner du temps, mûrir à vitesse accélérée, apprendre à composer dès les premiers pas avec le boitement inévitable de la vie. C’était grandir plus courageux, plus honnête avec soi-même et avec la vie, tout simplement plus vrai. » Le chemin du questionnement le mènera à ses propres interrogations : pourquoi l’histoire de ce fils illégitime le touche-t-elle autant ? En quoi ce fils caché lui ressemble-t-il ? « J’ai songé à mon métier d’écrire. J’ai pensé que comme M. je faisais partie des êtres qui avaient un problème avec le monde, n’arrivaient pas à s’en contenter tel quel, devaient pour se le rendre habitable le triturer, le rêver autre. »

Ce roman est en réalité le dérivé d’un ouvrage écrit par Sylvain Prudhomme dix ans plus tôt, dans lequel le personnage de Simon découvrait lors d’un voyage à Oran ses racines familiales. Bahi, ouvrier à la ferme du grand-père Malusci, lui faisait le récit de cette vie en Algérie à la veille de l’Indépendance. Dans ce second opus, l’auteur revient sur les thèmes de la filiation et de la famille. Descriptions et dialogues s’entremêlent, sans frontières ; la ponctuation se fait rare pour donner le jour à une écriture intense. Cet enfant dans le taxi ne sera jamais nommé autrement que par une initiale, par laquelle il existera sans être totalement exposé. Il est facile de soupçonner qu’il y a beaucoup de Sylvain Prudhomme dans Simon, avec lequel il partage une belle sensibilité, une réelle empathie, de la bienveillance. Le récit n’en est que plus élégant.

Parution : 31/08/2023
224 pages

Retrouvez ce roman aux Editions de Minuit

DES LIVRES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

Disparaître | Lionel Duroy

Ce roman autobiographique semble une fois encore servir de thérapie à l’auteur qui toute sa vie a tenté de guérir de la « tristesse abyssale » qui l’habite par deux...

Lire

Le salon de massage | Mazarine Pingeot

De son écriture brillante, teintée d’ironie, Mazarine Pingeot analyse les mécanismes du groupe, démontant les clichés sociétaux, interrogeant la dictature du ressenti propre à notre époque.

Lire

La fin de la jalousie | Marcel Proust

Elégance, justesse du trait, causticité... tout Proust est dans ce recueil. Et la langue est là ! Belle, précise, délicate, déjà proustienne. Une manière simple d'entrer dans l'oeuvre du Grand-Ecrivain.

Lire

La vie est un roman | Guillaume Musso

Dans la famille très nombreuse de Guillaume Musso, voici le petit dernier, paru dès les premiers jours de déconfinement. Avec ce roman, Musso poursuit en quelque sorte le travail entamé...

Lire

Aysuun | Ian Manook

Aysuun a cent six ans lorsqu’elle entame la narration de l’histoire des siens. Alors qu’elle n’en a que quinze, sa famille est massacrée par des soldats soviétiques débarquant au campement.

Lire