Laurence nobécourt

Entretien réalisé par Didier Debroux | le 2 Novembre 2019

Sans doute est-ce pour prolonger la pensée de Faulkner – « Ceux qui peuvent agissent. Ceux qui ne peuvent, et souffrent assez de ne pas pouvoir, écrivent » – que Laurence Nobécourt prit la plume pour explorer le passé et tenter d’éclairer le présent. Elle, que l’acte d’écrire a sauvé, se souvient, comme Fénélon, – « de la fragilité des choses humaines » -. Nous l’avons rencontrée dans les salons de la Fondation Thalie à Bruxelles, au cœur d’une exposition d’œuvres sur papier consacrée à l’intime. Un lieu propice à la confidence pour l’auteure du « Chagrin des Origines » qui se dévoile, sans être impudique. Fildefériste de l’instant, elle prend son temps, choisit ses mots, crée les silences pour évoquer l’importance du verbe, la résilience, la spiritualité, l’amour… la vie. Conversation.


Présentation de l’Editeur

 « Laurence Nobécourt ne se paie pas de mots quand elle nous dit que l’écriture l’a sauvée : ce récit est un brûlant hommage à cette « voie du verbe » qui permet de se rapprocher de soimême et de donner sens à la vie. Elle nous donne en partage les moments initiatiques sur cette voie escarpée : le corps exsudant la souffrance psychique ; la quête perpétuelle du pourquoi de ce « chagrin des origines » ; les années douloureuses à vouloir se perdre dans l’addiction ; l’aspiration de la mélancolie mais aussi les lectures, gages d’ouverture de la ligne d’horizon ; une nuit fondatrice sous l’emprise d’un champignon hallucinogène, où lui est révélée la réalité d’un monde qui n’est qu’amour – et qu’elle n’aura de cesse de retrouver dans l’écriture… Dans cette prospection intime dont Laurence Nobécourt nous décrit les aléas, les rêves meurtris, les illusions et les éblouissements, une âme se met à nu sans tricher, toujours guidée par une foi aussi libre que fervente – et communicative ».

 

L’auteure

Connue sous le nom de Lorette Nobécourt jusqu’à ce qu’elle décide d’abandonner ce surnom et toute la lourdeur familiale qu’il portait en publiant Lorette (2016), Laurence Nobécourt est l’auteur d’une quinzaine de romans, récits et essais, dont La Conversation (1998), La démangeaison (Sortilèges, 1994 puis réédité chez Grasset en 2009), En nous la vie des morts (2006), La Clôture des merveilles (2013) sur Hildegarde de Bingen, La vie spirituelle (2017).   

DES CONVERSATIONS QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

Benjamin Spark

L’œuvre de Benjamin Spark est influencée par les mots et la littérature. Les lettres se glissent dans ses toiles comme autant de secrets que l’artiste dévoile en toute subtilité.

Ecouter

Conversation | Pascale Seys

Philosophie vagabonde sur l'humeur du monde" paru aux éditions Racine. Un regard philosophique intelligent, décomplexé et décomplexant sur l'actualité.

Ecouter

Lionel Duroy

Lionel Duroy est l’auteur de plus d’une douzaine de romans dont Écrire, Le Cahier de Turin, Des hommes éblouissants, Trois couples en quête d’orages et Priez pour nous, ces deux...

Ecouter
Fermer le menu