Pour que rien ne s'efface Catherine Locandro

Par Didier Debroux - 12 juin 2017

Comme un film que l’on rembobine, cette histoire commence par la fin. Une banale levée de corps par l’équipe des pompes funèbres, celui d’une femme de 65 ans retrouvée dans un studio parisien, entre des magazines, photos éparses et cadavres de bouteilles. Triste spectacle de l’ultime solitude. Pourtant la défunte est loin d’être une inconnue. Elle fut une icône du cinéma. Un rôle qui changea sa vie, et précipita sa chute. Quelle sombre histoire se cache derrière ce destin tragique ? Qui se souvient de Lila Beaulieu… Douze témoins vont prendre la parole, chacun dira sa vérité sur Lila, une vérité peuplée de gouffre et d’étincelles. À travers ces voix – un médecin légiste nostalgique, un voisin devenu ami ou encore un amant à jamais blessé –, Catherine Locandro dessine peu à peu les contours de son héroïne, comble les vides et les silences. La construction chorale reflète parfaitement le mécanisme de l’existence, succession de rencontres, d’évitements et de hasards. Les êtres se croisent, s’effleurent, s’enlacent (rarement) et se quittent dans un carrousel inattendu autour de ce magnifique portrait de femme saisi avant qu’il ne s’efface.

Parution le 22 janvier 2017
208 pages

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Héloïse d’Ormesson

du même auteur sur esto

Des coeurs ordinaires | Catherine Locandro

Tout le nouveau roman de Catherine Locandro tient dans ces lignes simples, tendues, arguant d’un mystère qui ne cessera de se creuser au fil de 250 pages. Et l’auteure de convoquer les mots pour explorer l’ombre et la lumière.

Lire »

DES CHRONIQUES VIDEO QUI POURRAIENT VOUS PLAIRE...

Les Grands Romans | Sándor Márai

Reconnu comme l'un des plus grands auteurs de la littérature hongroise et comme un maître du roman moderne, Sándor Márai (1900-1989) s'inscrit dans la lignée d’Arthur Schnitzler, Stefan Zweig et...

Regarder
Fermer le menu